À partir de dimanche 25 février, l’anticyclone va se renforcer sur la Scandinavie et diriger sur la France de l’air glacial en provenance de Russie.
Mardi 27 et mercredi 28 février devraient être les journées les plus froides de l’épisode.

On devrait observer des températures minimales de -6 à -10 °C au nord et à l’est de l’Hexagone, -2 à -6 °C sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique et dans les plaines du Sud-Ouest, 0 à -4 °C près de la Méditerranée.

En journée, les températures maximales resteront souvent voisines de 0 °C, et même parfois négatives du Nord à l’Île-de-France et au Nord-Est ; elles atteindront 2 à 6 °C sur les régions les plus méridionales, soit des valeurs 8 à 10 degrés sous les normales saisonnières (établies sur la période 1981-2010). En outre, un vent de nord-est persistant, notamment au nord de la Loire, accentuera la sensation de froid.

Plan Grand froid
Une veille saisonnière est organisée du 1er novembre au 31 mars de chaque année.

La période hivernale réclame des pouvoirs publics une attention particulière sur la situation des personnes les plus vulnérables. Des mesures spécifiques de renforcement de la veille sociale et des dispositifs de mise à l’abri sont alors susceptibles d’être activées pour adapter la réponse aux besoins exprimés.

La veille hivernale mobilise tous les acteurs du secteur de l’accueil hébergement insertion :

  • toutes les associations intervenant sur le champ de l’hébergement des personnes en difficulté ; et sur le champ de la veille sociale (accueils de jour, équipes mobiles, 115, associations caritatives…) ;
  • les établissements publics de santé ;
  • les mairies et les centres communaux d’action sociale (CCAS) ;
  • les services du Conseil départemental ;
  • les services d’urgence (15, 17, 18, 115) ;
  • et les services de l’État (Préfecture, DDCS, ARS …)

La veille hivernale s’organise autour de 3 niveaux de vigilance météorologique : Temps froid, Grand froid et Froid extrême.

Dans le cadre de l’exercice de cette vigilance par les pouvoirs publics, le préfet peut décider de la mise en place de dispositifs temporaires, lorsque les capacités d’hébergement sont saturées et que l’appréciation locale de la situation météorologique en révèle la nécessité.
Cette vigilance s’exerce à l’échelle de chaque arrondissement du département du Calvados.

Source : Préfecture du Calvados

Partager :