Sous un ciel gris et menaçant, 28 jeunes et beaux randonneurs ont parcouru les sentiers autour de la Brèche au Diable menés par Jean-Paul qui affirmait que le lieu s’appelle ainsi car Satan l’habite… En fait, après enquête, La légende attribue bien au diable la paternité de ce site naturel grandiose. En effet, saint Quentin s’étant retiré ici pour vivre sa vie d’ermite, il voulut venir en aide à la population toujours en butte aux caprices de la rivière du Laizon. Pour ouvrir un passage aux eaux du ruisseau, il fit un pacte avec le diable. Si celui-ci après avoir ouvert une brèche dans le roche, parvenait à surmonter une épreuve, alors il serait maître de son âme. Le bon ermite demanda alors au diable de laver une toison dans le ruisseau, mais il s’agissait d’une toison de bouc et le diable ne put lui donner la blancheur de l’agneau. Ce qui permit à saint Quentin de sauver son âme sans renier sa parole. Satan bouche un coin, non ? D’où cette autre question : les suppôts de Satan est-ce pour le Diable quand il est malade ?

Partager :