Jeudi 13 juillet : “Il est question de faire évacuer toutes les carrières. Les troupes SS qui séjournent avec les civils prennent de plus en plus d’autorité. Nous aurons du ravitaillement chez M. BETTON ce soir. Mais en raison du bombardement, nous ne pouvons pas aller le chercher avant minuit. Une corvée se forme à cette heure. Et nous allons chercher nos faibles rations en faisant le plus de trajet possible sans la carrière. Au moment de la distribution, fort bombardement.” Le directeur de la carrière

Source: Fleury-sur-Orne en 1944. Un site web réalisé par la Ville.

Partager :