Le 11 juillet, de nombreux obus tombent sur l’usine, sur la toiture au-dessus des autoclaves, près du bureau. Le front se rapproche… Mais déjà, les Allemands deviennent moins nombreux. On n’a pas l’impression que de grosses forces attendent les Anglais. Il est interdit aux réfugiés de sortir des carrières.

Source: Fleury-sur-Orne en 1944. Un site web réalisé par la Ville.

Partager :